Dak'Art

(Photo crédit Valérie Roger)

La multitude des vernissages a débuté par celui de l'exposition internationale "Réenchantement" , à l'ancien Palais de justice,  bâtiment des années 50, désaffecté et transformé pour l'occasion.

«Je savais que c’était un challenge. J’ai obtenu cet espace, la Cour de justice, qui était une condition sine qua non. Je voulais casser avec la routine et disposer d’un vrai espace contemporain. Ce lieu, qui était fermé depuis vingt ans, existe soudain dans toutes les têtes, au point que l’administration se pose la question d’en faire un musée d’art contemporain. C’est ici qu’avait eu lieu le volet “art contemporain” du premier Festival des arts nègres de 1966. »
Simon Njami, commissaire de l’exposition internationale de la 12e Biennale de Dakar, co-fondateur de la Revue Noire

L'ampleur de l'espace et la poésie de la ruine à peine réhabilitée offre un beau moment de circulation entre ombres et lumières à travers les colonnes du Palais. On déplore toutefois la désorganisation et le manque d'informations aux sujets des oeuvres. Seuls les artistes présents assurent à répétition le travail de se dire et de se redire sans pouvoir se rendre disponibles à tous
Si le thème de cette 12e biennale est ‘’Art africain contemporain et esthétique de la translation’, la phrase qui accueille le visiteur à l'entrée du bâtiment "La cité dans le jour bleu" (on préfère !) est empruntée à Léopold Sédar Senghor, extraite du poème ô Guélowar, qui fut écrit lors de son emprisonement au camp d'Amiens en juin 1940.

Guélowâr !

Nous t'avons écouté, nous t'avons entendu avec les oreilles de notre coeur.
Lumineuse, ta voix a éclaté dans la nuit de notre prison
Comme celle du Seigneur de la brousse, et quel frisson a parcouru l'onde de notre échine courbe !
Nous sommes des petits d'oiseaux tombés du nid, des corps privés d'espoir et qui se fanent
Des fauves aux griffes rognées, des soldats désarmés, des hommes nus.
Et nous voilà tout gourds et gauches comme des aveugles sans mains.
Les plus purs d'entre nous sont morts : ils n'ont pu avaler le pain de honte.
Et nous voilà pris dans les rets, livrés à la barbarie des civilisés
Exterminés comme des phacochères. Gloire aux tanks et gloire aux avions !
Nous avons cherché un appui, qui croulait comme le sable des dunes
Des chefs, et ils étaient absents, des compagnons, ils ne nous reconnaissaient plus
Et nous ne reconnaissions plus la France.
Dans la nuit nous avons crié notre détresse. Pas une voix n'a répondu.
Les princes de l'Église se sont tus, les hommes d'État ont clamé la magnanimité des hyènes
« Il s'agit bien du nègre ! il s'agit bien de l'homme ! non I quand il s'agit de l'Europe. »
Guélowâr !
Ta voix nous dit l'honneur l'espoir et le combat, et ses ailes s'agitent dans notre poitrine
Ta voix nous dit la République, que nous dresserons la Cité dans le jour bleu
Dans l'égalité des peuples fraternels. Et nous nous répondons : « Présents, ô Guélowâr ! »
Léopold Sédar Senghor

Sous l'égide du cri d'espoir du poète, une soixantaine d'artistes ont déployé leurs oeuvres sur deux étages : installations, peintures, sculptures, et vidéo.

Une fois franchie l'entrée on est frappé par l'impact visuel de
l' installation de l'artiste nigérian Folakunle Oshun

Intitulée United Nations of Jollof, raccourci de l' installation Wolof/Jollof exposé par l'artiste au National Museum de Lagos en 2015 : 15 pots bleus disposés en rang représentent les Etats membres d’ECOWA et leur alignement politique. Ces imaginaires Nations Unies de Jollof (allusion au riz du même nom) permettraient la pacification de la zone entre Etats d' Afrique de l’Ouest, se défaisant du jeu politique des forces extérieures...

L'accent est donné. Oeuvres engagées pour la plupart ou oeuvres de questionnement si ce n'est d'affirmation.

Au delà, la suspension faite de sacs plastiques éclairés au néon et encerclés de fil de fer, de Nabil Boutros(Egypte), vogue entre les piliers.  L'artiste, également connu pour sa démarche critique, ironise en titrant Un Rêve.

Deux grandes installations au rez de chaussée, dont celle très remarquée de l'artiste Camerounais Bili Bidjocka dans ce qui était la salle d’audience du Palais

L'artiste l'a recouverte de terre, matériau dont il s'est aussi servi pour pocher les murs de mots qui résonnent tels que « Révolution » ou encore « Ceci n’est pas mon corps, vous ne pouvez pas le consommer »... retournement de la cène christique ancrée dans la poussière africaine

Dans le même espace, l' installation de Fabrice Monteiro (belgo-béninois) "Ceci n'est pas un phoenix" dénonce le faste des régimes dictatoriaux corrompus et fait allusion aux présidences africaines indétrônables.

Pour le Sénégal, l'artiste Ndoye Douts présente une grande toile de 600 pièces de cubes de 10cm/10. qui traite de manière accumulée les informations du monde. « Ce sont des mots qui me parlent après lecture d’un journal. Et j’ai utilisé les langues du monde en découpant des informations en général que j’ai regroupées sur un fond bleu » On peut lire en la parcourant "Regard vers l’avenir" ou encore "VIVE la VIE".

Autre sénégalais, Henri Sagna, fait cohabiter de manière graphique les insignes des religions en un damier noir et blanc.

Ndoye Douts

 

Henri Sagna

 

Les oeuvres du jeune français Alexis Peskine qui revendique ses origines multiples (de parents franco-russe et afro-brésilien) interrogent la complexité de la diversité diasporique en utilisant  installations, image et video de manière éloquante. Il utilise pour ces portraits-relief des alignements de clous plantés à répétition tel un exorcisme.

       

On aperçoit Ouattara Watts, l'ivoirien de New York, l' ami de Basquiat, présent comme père de cette jeune génération aux héritages multiples. Ses tableaux n'étant pas arrivés, il a accroché une toile venue de chez un collectionneur au titre porteur de Dialogue (2016) et l'a entourée de graffitis, insufflant son énergie créatrice.

Un autre ivoirien, le sculpteur Jems Koko Bi, présente une installation intitulée "Racines", Place du Souvenir, sur la Corniche face à la mer. Il a choisi de traiter ici le thème de l'esclavage, et de commémorer les victimes de la traite négrière.

Des têtes noires, sculptées dans le bois, ensuite brûlé, tombent les unes après les autres le long des trois pirogues érigées dans le sable, jusqu'à s'amonceler sur le sol...

Du coté du IN un hommage est rendu à la Revue Noire par Joel Andrianomearisoa, artiste d'origine malgache, dans la salle du Manège de l’Institut Français, sous le titre ’La Maison Sentimentale’. Plus de 130 encadrements retracent l’histoire de la Revue et font face aux collages suspendus de papiers blancs... Apparue dans mon champ de vision, une femme à la peau noire portant une blouse blanche aérienne et un collier de perles fines s'inscrit dans l'installation, volontairement faite du contraste des deux "non couleurs".

   

On retrouve avec bonheur les artistes de la scène malienne réunis dans le beau cadre du siège d' Eiffage Sénégal : la peinture du jeune Amadou Sanogo, aux compositions faites de larges pans vides, rend la force aux silhouettes des individus de la série des "sans tête".

Elie Théra magnifie la figure féminine au coeur d'une ronde humaine tandis que le maître Abdoulaye Konaté s'impose avec ses tableaux textiles           

Les damiers graphiques des sièges du designer Cheik Diallo côtoient la vibration lumineuses des fresques d' Abdou Ouologuem.

 

Quant à la galerie Nationale elle consacre, sous le commissariat de Sylvain Sankalé, une exposition aux artistes sénégalais de la première génération : Amadou Sow, Souleymane Keita, Amadou Ba, Jacob Yacouba, Ibou Diouf, et Issa Samb dit Joe Ouakam, présent avec deux belles toiles des années 80 "Le mouvement des peuples", et "le Clown"

Le mouvement des peuples Joe Ouakam

Alors que dans sa cour, rue jules Ferry, c'est l'artiste d'un art total éphémère qui interpelle

 Joe Ouakam

On retrouvera certains des Anciens au départ de la chaloupe pour Gorée à la Véma galerie avec à leurs côtés le maître du sous verre, Lô Ba (Babacar Lo)

Lô Ba

 Amadou Sow

Pour le Sénégal toujours, le OFF présente les dernières toiles de  Solly Cissé aux couleurs saturées, réalisées lors de ses séjours en hôpital. Ses oeuvres sont présentées chez le céramiste Mauro Petroni.

...A Gorée, rencontre avec Gabriel Kenzo Malou, dans la solitude de l'ancien atelier de Moustapha Dimé surplombant la mer. Il y fait naître des séries de totems épurés

Hors Dakar, saluons "Stand Up" exposition internationale qui regroupe les initiatives de trois centres d'art, le Centre d'art contemporain Essaouira, Bandjoun Station (Cameroun) et la Villa Gottfried (Ngaparou, route de M'bour, 70 km de Dakar), où se tient l'exposition, dans une architecture inspirée de celles de Tombouctou.

Les trois directeurs et artistes, Mostafa Romli du Maroc, Mansour Ciss Knanakassy du Sénégal et Barthélémy Toguo du Cameroun s'associent pour un partage de leurs collections permanentes composées d'oeuvres d'Afrique et d'ailleurs. D'où, ce qui peut surprendre et à la fois ravir, comme l'incongruité de découvrir dans ce lieu après les kilomètres jonchés des chantiers de construction de la route de M'bour, des oeuvres intimes de Kiki Smith (Allemagne) datées des années 50, provenant de la collection de Barthélémy Toguo.  Beau retournement quand nous sommes tant habitués en Occident à voir les oeuvres du continent africain dans nos galeries et musées.

L' accrochage nous fait passer de la puissance des dessins vaudou de Cyprien Tokoudagba (Bénin),  aux conceptions foisonnantes du créateur de modèles en ébénisterie, Gabriel Tegnoto (Cameroun), ou encore à la fragile présence des gouaches de Dalila Alaoui...

Cyprien Tokoudagba

Gabriel Tegnoto                                                                

On entendra ensuite Barthélémy Toguo interwievé par la philosophe Seloua Luste Boulbina au centre d'art "Raw Material" (Dakar).

Après s'être arrêtée devant l'installation de l'artiste Satch Hoyt "Say it Loud", faite de 500 livres emblématiques de la black diaspora surmontés d'un micro qui appelle la libre parole, et invite à chanter le refrain de James Brown "Say it loud, I'm (black) and I'm proud", le "black" ayant été soustrait pour permettre à tout un chacun de scander son propre refrain.

Barthélémy Toguo contera avec humour son parcours d'artiste de la diaspora, ses exils et apprentissages divers, avec à coeur les notions de passage mais surtout de partage (il emploie l'expression de "giving person"), quand la philosophe rappelera elle la lutte nécessaire contre l'indifférenciation et les périphéries (de citer Walter Benjamin ou Kamel Daoud et son roman Meursault, contre enquête)

 

...l'effervescence évènementielle continue à se jouer entre une scène qui tend à rejoindre ou a déjà rejoint l'international "institutionalisé" et a intégré les codes mondialisés de l'art contemporain (avec parfois les dangers de la standardisation), et la présence heureuse de ceux qui ont puisé suffisamment profondémment pour atteindre l'universel sans se perdre sur le chemin, devenus de réels créateurs de "Voix" au sens employé par Malraux, peu importe les media ou les modes... La profusion des lieux d'exposition permettant de parcourir la ville et ses alentours ont donné à voir les émanations de tous ces possibles. Achile Mbembe :  "C'est toujours autrui qui nous octroie notre pesant universel...c'est l'autre, le lointain qui m'octroie mon identité"